Text

Les engagements pris lors de la relance de la revue Pratiques de Formation/Analyses soulignaient la dimension formative et formatrice de celle-ci, portée par une volonté de rapprochement entre le milieu académique et celui des acteurs et actrices de terrain. Dans cet esprit, un collectif s’est créé autour de la préparation et la réalisation de ce numéro 67. Il était composé de dix membres, tous et toutes engagé·es dans le champ de l’éducation populaire (EP), qu’ils et elles soient mastérant·es, doctorant·es, docteur·es, enseignants-chercheurs, enseignantes-chercheuses ou militant·es d’éducation populaire. Ce collectif s’est ainsi trouvé engagé dans une aventure commune, provoquant une dynamique qui s’est révélée très fructueuse au fur et à mesure de l’avancée du numéro, faisant émerger peu à peu un fonctionnement de type coopératif.

La rédaction du texte de l’appel à contributions a permis à chacun·e de présenter ses expériences et/ou ses recherches, tout en développant ses propres conceptions de l’éducation populaire.

Laetitia Dostrevie, Paul Fayolle, Jérémy Ianni, Léa Laval, Alexia Morvan, Camille Ramond et Christian Verrier1 ont apporté une contribution précieuse, par leurs activités respectives dans le champ de l’éducation populaire, les recherches qu’ils et elles ont réalisées, les expériences et/ou responsabilités qu’ils et elles assument ou ont assumées, et leurs missions actuelles dans des associations.

Ce numéro s’inscrit aussi dans une filiation portée par la précieuse participation de Christian Verrier qui a coordonné le numéro 49 de la revue PF/A, publié en 2005 et intitulé Les Pratiques contemporaines de l’éducation populaire, et qui fait partie de l’équipe qui a coordonné la préparation du présent numéro.

Nous avons défini la répartition des tâches au fil de l’avancée de notre travail, en discutant chacune des propositions et en respectant les contraintes auxquelles chacun·e pouvait se trouver confronté·e. Philippe Glâtre et Alexia Morvan ont proposé de recenser les thèses soutenues dans le champ de l’éducation populaire ces dix dernières années, ce qui a permis d’identifier les thèmes des recherches réalisées en sciences humaines et sociales et de repérer des auteurs et autrices susceptibles d’être sollicité·es pour participer à la publication.

Camille Ramond et Laetitia Dostrevie, diplômées d’un master recherche à Paris 8 et impliquées dans des réseaux associatifs d’éducation populaire, font part de leur aventure éditoriale, en présentant un texte à deux voix qui figure dans la rubrique Témoignages. Elles mettent ainsi en évidence les multiples facettes d’une telle expérience qui, pour le coup, est inédite pour ces non-initiées, faisant état à la fois de leur appréhension face à une telle responsabilité, mais aussi de leurs découvertes et des connaissances acquises à l’issue de cette expérience.

Martine Morisse, Philippe Glâtre et Sébastien Pesce ont assuré la coordination de ce numéro, soucieuse et soucieux de respecter un fonctionnement reposant sur des volontés et « un rapport d’égalité des intelligences2 ».

En plus des auteurs et autrices de ce numéro, que les membres de ce collectif soient ici remercié·es, pour leur engagement, la qualité de leurs apports, leur esprit d’ouverture et de coopération, ainsi que leur participation active à la réalisation de ce numéro, qui lui donnent ainsi toute sa valeur.

Étant donné les nombreuses propositions que nous avons reçues, un autre numéro est en cours de réalisation sur l’éducation populaire, le numéro 68, engageant ainsi les membres de ce même collectif dans la poursuite de cette aventure commune.

Ont participé au travail éditorial de ce numéro : Laetitia Dostrevie, Paul Fayolle, Philippe Glâtre, Jérémy Ianni, Léa Laval, Martine Morisse, Alexia Morvan, Camille Ramond, Sébastien Pesce et Christian Verrier.

Notes

1 Plusieurs de ces personnes ont également contribué à ce numéro à travers un article, leurs missions ou responsabilités sont décrites dans les rubriques correspondantes. En ce qui concerne les autres : Paul Fayolle est enseignant et titulaire d’un DEA en sciences de l’éducation. Militant d’éducation populaire depuis son adhésion en 1967 à l’association Peuple et culture, il y a œuvré comme responsable de formation et en a été président plusieurs années. Jérémy Ianni est doctorant en sciences de l’éducation à l’université Paris 8. Il a effectué un service civique à ATD Quart Monde de 2011 à 2013, et a travaillé dans une université populaire avec des jeunes. De 2015 à 2017, il a été coordinateur de la branche philippine d’ATD Quart Monde, à Manille. Alexia Morvan est docteure en sciences de l’éducation et chercheuse associée au laboratoire Experice. Active au sein de divers organismes d’éducation populaire, elle coanime des recherches-actions et démarches réflexives en éducation et poursuit ses recherches sur l’éducation populaire contemporaine, notamment politique. Christian Verrier est maître de conférences honoraire en sciences de l’éducation et de la formation à l’université Paris 8.

2 Jacques Rancière, 1987, Le Maître ignorant. Cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle, Paris, Fayard.

References

Electronic reference

Martine Morisse, Philippe Glâtre and Sébastien Pesce, « Éditorial », Pratiques de formation/Analyses [Online], 67 | 2023, Online since 01 September 2023, connection on 04 March 2024. URL : https://www.pratiquesdeformation.fr/257

Authors

Martine Morisse

Enseignante-chercheuse en sciences de l’éducation et de la formation à l’université Paris 8 Vincennes–Saint-Denis (laboratoire Experice). Ses objets de recherche portent sur les pratiques langagières en lien avec l’expérience, la formation et l’émancipation dans des milieux associatifs et professionnels.

By this author

Philippe Glâtre

Attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) en sciences de l’éducation à l’université Paul-Valéry Montpellier 3. Il a soutenu une thèse en anthropologie à la Sorbonne Nouvelle qui portait sur la poésie orale réunionnaise. Son terrain est notamment constitué des nombreux projets socio-culturels qu’il a menés dans le champ de l’éducation populaire à La Réunion.

By this author

Sébastien Pesce

Professeur en sciences de l'éducation à l'université d'Orléans, rattaché à l’équipe d’accueil ERCAE. Ses travaux de recherche portent sur les pédagogies coopératives et institutionnelles, les approches sémiotiques de l'éducation et de la formation, et les approches socio-cliniques.

By this author